Le BATELEUR

Pascal Vailler dit Le Bateleur (1961 – 1996)
C’est à quinze ans que le Bateleur a pris son nom: “quand j’interroge les tarots, quand je leur demande quelle est ma place dans l’univers, systématiquement, je trouve le Bateleur... Puisque cela m’est destiné, je le garde”. 
Le Bateleur a eu un sacré destin, et il n’est pas certain que les tarots aient prévu qu’à l’âge de 33 ans il jouirait d’une certaine notoriété comme artiste peintre dessinateur pochoiriste. Il est né à Ménilmontant, rue de la Mare, à l’aube du 14 août 1961. Il avait 3 ans, et 4 frères et sœurs quand sa mère a disparu. Son père, pompiste dans un garage, n’a pas pu, ou n’a pas su, s’occuper de ses enfants. À 3 ans, Le Bateleur s’est retrouvé dans la rue. Il voulait être artiste peintre (il dessinait depuis l’âge de 6 ans): on lui a donné une formation de cuisinier! À sa majorité, à 18 ans, il est sorti du foyer avec un sac, son CAP de cuisinier, et 7.000 francs en poche. Il est devenu un voleur et un drogué. Il a fait au total trois ans de prison! 
“J’ai été un naufrage total”, reconnaît  le Bateleur avec beaucoup de franchise... “Un jour, j’étais arrivé à l’ultime limite, j’avais ma dose d’héroïne et j’étais décidé à en finir... quand j’ai rencontré une femme. Elle a voulu un enfant... j’ai décidé de suivre une cure de désintoxication, très pénible... depuis, je ne touche plus aux drogues dures; cela me dégoûte”! 
Le Bateleur a acheté un bar dans le midi; il a voyagé, et a vécu aux Antilles. Depuis son retour en France, il bombe. Installé dans l’espace artistique de la rue des Cascades -- une ancienne usine occupée par des artistes -- Le Bateleur passe son temps à peindre et à faire des pochoirs. 
Le Bateleur a une collection de près de 80 différents modèles de pochoirs, où se côtoient des personnages aussi différents que Charlie Chaplin, Einstein, Zapata, le Bouddha, une petite fille, un danseur africain, Isis... L’ancien élève cuistot de la DASS passe jusqu’à 35 ou 40 heures pour découper la matrice d’un pochoir! Ses pochoirs sont accompagnés de légendes qui soulignent son message.

© 2018 L'Atelier Franck Michel

  • Gris Facebook Icône
  • Gris Icône Instagram