Pleks

« Il y a que face au mur que l’on se connait vraiment. Je n’apprends pas, je fais connaissance avec moi-même. »
Georges Maurat dit Pleks est un artiste peintre issu de la culture graffiti. Certaines personnes naissent avec un don. Georges était encore au Maroc que d’un geste naïf et spontané du haut de ses cinq ans, qu’il arrachait les plantes afin de dessiner à l’aide de la terre mouillée sur les murs du voisin. La tête dans les nuages, toujours a griffonné les cahiers de ses croquis plutôt que d’écouter en classes, Georges façonnait inconsciemment Pleks et développait son art de plus en plus à travers les ans.
Puis c’est à 24 ans qu’il décide vraiment de se consacrer à son art. Et c’est sous l’œil averti de grands artistes qu’il fait ses débuts, tels que Alex D.West.
Ainsi, à 30 ans, ses divers rencontres et voyages lui ont permis d’acquérir expériences et techniques qui mettent en exergue la qualité de son travail qui est une vraie retranscription de la rue.
Néanmoins, il est un homme qui grandit au sein d’une société qui ne reflète ni ses valeurs, ni ses croyances. Ses graffitis sont des tableaux urbains qui dénoncent explicitement son engagement (non) politique, mais également, où il peut s’interpréter sur des maux universels qu’il ne cesse de dépeindre, bien souvent sous forme d’allégories. Pleks excelle dans l’utilisation de l’aérographe et du spray de peinture sur des matériaux plus ou moins nobles. Il ne fixe aucune limite de support. Il en va même à accroitre sa touche dans l’art du tatouage. De ce fait, il est toujours en recherche constante d’innovations et de projets hors du commun.